Nouvelles

L'horticulture sous serre néerlandaise confrontée à des défis majeurs en raison de la hausse du prix du gaz

Depuis le milieu de l'année 2021, les Pays-Bas sont confrontés à la montée en flèche des prix de l'énergie, ce qui affecte considérablement l'horticulture sous serre en particulier.

Le prix élevé du gaz a un impact important sur l'agriculture de serre

Depuis le milieu de l'année 2021, les Pays-Bas sont confrontés à la montée en flèche des prix de l'énergie, ce qui affecte considérablement l'horticulture sous serre en particulier. L'augmentation du prix du gaz est due à un large éventail de causes tant structurelles que temporaires.

Par exemple, beaucoup moins de gaz a été extrait des États-Unis et, en raison de l'été doux de 2021, moins d'énergie éolienne a été produite aux Pays-Bas. En outre, les réserves de gaz néerlandaises ont été exceptionnellement faibles l'hiver dernier. Les sanctions contre la Russie entraîneront également une hausse des prix de l'énergie pendant une longue période. En outre, il existe une demande incroyablement élevée de gaz dans le monde et notamment en Asie, en raison de la reprise économique après la vague initiale du COVID-19.

Les horticulteurs néerlandais sont également touchés par COVID-19 ; les fournisseurs d'horticulture ornementale et d'hôtellerie par excellence. L'énergie représente environ un cinquième à un quart des coûts totaux supportés par les producteurs. Le prix élevé de l'énergie pourrait placer les horticulteurs devant des tâches impossibles : continuer à cultiver et éventuellement faire des pertes, ou ne pas cultiver et vendre des contrats ou perdre des clients.

En outre, l'augmentation du prix du gaz affecte également d'autres éléments de la chaîne de culture, tels que le coût des engrais, des matériaux d'emballage et du transport. En particulier, les producteurs ayant des contrats d'approvisionnement variables souffrent beaucoup des prix élevés du gaz. Souvent, une partie de l'énergie est achetée sur une base variable et une partie à un prix fixe. En outre, il existe des horticulteurs qui achètent toute leur énergie à un prix fixe ou toute leur énergie à un taux variable. On s'attend à ce qu'à terme, les horticulteurs ayant des contrats fixes souffrent également du prix de l'énergie.

Notre analyse montre qu'il est probable qu'une proportion importante de serriculteurs risque de perdre sa rentabilité dans les 5 prochaines années en raison de l'augmentation du coût de l'énergie : le revenu net risque de devenir négatif et la solvabilité de diminuer fortement. Cela pourrait entraîner des problèmes de continuité.

 

Revenu net futur et solvabilité des serristes

Pour examiner l'impact de la hausse des coûts énergétiques sur l'horticulture en serre, JBR a estimé le bénéfice net futur et la solvabilité des horticulteurs en serre. L'analyse montre qu'une proportion importante d'horticulteurs sous serre risque de perdre sa rentabilité dans les cinq prochaines années en raison de la hausse des coûts de l'énergie : le résultat net moyen menace de devenir négatif et la solvabilité pourrait chuter brutalement. L'estimation se base sur les résultats financiers moyens et les chiffres du bilan 2017 - 2020 des entreprises d'horticulture sous serre d'Agrimation (2020, Université et recherche de Wageningen) et sur des hypothèses de scénarios de développement des coûts énergétiques, des revenus d'exploitation et des coûts d'amortissement.

La figure 1 montre l'évolution du revenu net d'une entreprise moyenne d'horticulture en serre selon des scénarios présentant différents taux de croissance annuels moyens des coûts énergétiques. Dans cette estimation, le revenu d'exploitation et tous les autres coûts sont maintenus constants sur la période de prévision.

 

Figure 1 : Le résultat net des serristes de 2017 à 2026 lorsque les prix du gaz augmentent

 

Si le chiffre d'affaires des horticulteurs reste le même et que les coûts énergétiques augmentent de 15 % par an, il est probable que le résultat net sera négatif en 2026 (voir également le tableau 1). Dans cette estimation, les coûts d'amortissement et tous les autres coûts ont été maintenus constants sur la période de prévision.

 

Tableau 1 : Une rotation égale des horticulteurs et une augmentation de 15 % des coûts énergétiques aboutissent à un résultat net négatif en 2026.

Outre la hausse des coûts de l'énergie, on attend aujourd'hui des horticulteurs qu'ils deviennent plus durables et prennent des mesures en faveur de la transition énergétique. L'augmentation des coûts d'amortissement due aux investissements dans la durabilité exerce une pression supplémentaire sur le revenu net futur (voir également le tableau 2). Dans cette estimation, le revenu d'exploitation et tous les autres coûts ont été maintenus constants sur la période de prévision.

 

 

Les données d'Agrimation montrent que déjà environ 28% de toutes les entreprises d'horticulture sous serre ont une solvabilité inférieure à 50% et environ 17% ont une solvabilité inférieure à 35%.

Nous pensons que si les coûts énergétiques augmentent, l'ensemble du secteur passera sous la barre des 50 %. Combinés à la hausse des coûts d'amortissement, les capitaux propres deviendront en moyenne négatifs pour une proportion importante des entreprises d'horticulture en serre. Dans ces conditions, les horticulteurs ont peu de marge de manœuvre financière pour investir dans la transition énergétique. Cela pourrait réduire davantage leur solvabilité, ce qui pourrait entraîner des problèmes de continuité.

 

Transactions, investissements et développement de l'agriculture en serre

Malgré la volatilité à laquelle est confrontée l'horticulture de serre, le climat est favorable aux fusions et acquisitions. Par exemple, la culture sous abri et l'agriculture verticale suscitent beaucoup d'intérêt de la part des investisseurs internationaux et privés. Les Pays-Bas sont traditionnellement l'un des pays les plus avancés en matière d'innovation et de réussite dans le domaine de l'horticulture sous serre, et ils sont impatients d'y prendre part. En outre, il y a beaucoup d'argent à faible taux d'intérêt disponible pour l'investissement. Les économies d'échelle sont une considération importante pour les fusions et acquisitions dans l'horticulture en serre. En 2020, le nombre d'acquisitions dans l'horticulture sous serre a été plus élevé qu'au cours des 10 dernières années, avec 85 fusions et acquisitions. C'est presque le double du nombre de fusions et d'acquisitions en 2017 : à l'époque, il y avait un total de 45 fusions et acquisitions dans l'horticulture sous serre. Un climat favorable aux fusions et acquisitions, notamment pour les fournisseurs et les installateurs, s'est développé en 2021. Par exemple, Atrium Agri a pris des participations dans plusieurs entreprises agroalimentaires depuis 2019 avec huit collaborations en cours, notamment avec un accent sur la culture durable et innovante.

 

Les causes structurelles du prix élevé du gaz peuvent être de nature permanente

Les prix du gaz devraient rester élevés dans un avenir prévisible. La pénurie de gaz devrait rester très élevée avec l'évolution incertaine des sanctions contre la Russie et le conflit international en cours. Par ailleurs, les taxes sur la consommation de gaz augmenteront également en raison, entre autres, de l'augmentation du prix du CO2. Les coûts peuvent également augmenter pour les solutions énergétiques plus durables, comme l'utilisation de la chaleur géothermique, car ils sont indirectement liés au prix du gaz naturel. Pour faire face à la transition énergétique, des investissements importants devront être réalisés et les subventions diminueront au cours des prochaines années. En outre, avec la hausse des taux d'intérêt, les investissements deviendront moins attrayants. Les investissements entraîneront également une hausse des coûts d'amortissement et pèseront donc sur les opérations et les résultats. En raison de la concurrence internationale, la question est de savoir si le prix élevé de l'énergie et les coûts d'investissement peuvent être répercutés sur l'utilisateur final.

 

La JBR peut formuler des stratégies d'avenir avec les horticulteurs.

Les solutions temporaires proposées par les horticulteurs consistent à reporter la (re)culture et à commencer la saison plus tard. Pour certains horticulteurs, il sera plus rentable de fournir de l'énergie au réseau que de l'utiliser eux-mêmes, ce qui se traduira par des serres vides. En outre, les horticulteurs pourraient se tourner vers la culture de plantes "froides", c'est-à-dire de plantes qui se développent à des températures plus basses, comme les choux et les poivrons.

De nombreux horticulteurs, dont la marge de manœuvre financière est réduite et la solvabilité faible, devront adopter d'autres stratégies. Il convient d'examiner attentivement où il y a de la place dans une entreprise pour financer la transition énergétique, l'innovation et/ou la numérisation. Pour assurer l'avenir des horticulteurs, il est possible de développer de nouveaux modèles de revenus afin d'augmenter le chiffre d'affaires et de restructurer les opérations commerciales. Les analyses de scénarios et les modèles de liquidité peuvent être utiles à cet égard. L'analyse interne et externe d'une entreprise d'horticulture en serre pourrait aboutir à la conclusion qu'il est plus rentable de transférer les connaissances à l'étranger, et donc de s'internationaliser, là où la technologie durable greenfield rapporte le plus. Des partenariats stratégiques peuvent également être identifiés et établis afin que le risque soit partagé et que les investissements soient plus durables. Enfin, l'analyse peut montrer qu'il est plus rentable de mettre l'entreprise en vente ou de la faire croître par acquisition.

Contactez personnellement l' équipe

http://Harold%20Brummelhuis

Harold Brummelhuis 🇳🇱
Principal

http://Merijn%20Veltkamp

Merijn Veltkamp 🇳🇱
Associés